Association Québécoise de l'Industrie du Cannabis

Actualités

Économie

Les petites entreprises de l’industrie du cannabis ont du mal à s’en sortir

Comme l’explique John Arbuthnot, de Delta 9, « les lourdeurs administratives, les taxes élevées et les faibles marges nuisent à la rentabilité ». Ainsi, de plus en plus de petites entreprises de l’industrie se voient rachetées par les plus gros joueurs. Selon lui, « le cannabis canadien et le segment de la vente au détail atteignent maintenant un point de saturation. La consolidation va être un thème clé dans l'avenir ». Mais au-delà de ça, il en appelle au gouvernement pour qu’il réduise la paperasserie et les taxes, une des choses qui minent le plus le marché du cannabis canadien : « nous avons vraiment besoin du soutien du gouvernement pour qu'il vienne regarder cette structure globale que nous avons créée pour l'industrie en matière de réglementation et de taxation, dire ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas et faire quelques changements rapidement. »

 

Actualité du jour

Le gouvernement fédéral annonce les prochaines étapes de l'examen de la loi sur le cannabis

En octobre 2018, les libéraux ont levé une interdiction d’un siècle sur la consommation et la vente de cannabis à des fins récréatives, en prévoyant qu’ils allaient réexaminer la loi trois ans après son entrée en vigueur.

Cette révision est en retard de près d’un an.

La loi stipule que le gouvernement fédéral doit enquêter sur les répercussions de la légalisation sur la santé publique, la consommation chez les jeunes et les Autochtones et leurs communautés.

La revue examinera également la culture du cannabis à domicile.

Le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, et la ministre de la Santé mentale et des Dépendances, Carolyn Bennett, doivent présenter un rapport à la Chambre des communes et au Sénat dans les 18 mois suivant le lancement de l’examen.

Actualité du jour

La SQDC a remis 54 M$ dans les caisses de l’État québécois pendant le premier trimestre

Les 54 millions de dollars versés incluent ses bénéfices nets de 20,5 millions de dollars ainsi que les 33,5 millions de taxes à la consommation et taxes d’accise. Les 20,5 millions de dollars seront investis en prévention, recherche et dans la lutte contre les méfaits de l’usage de substances psychoactives. Autre bonne nouvelle, les ventes sont passées de 136,5 millions de dollars à 139 millions de dollars comparé à la même période l’année dernière. Ainsi, il y a un total de 25 050 kg de vendus, principalement dans les succursales.

Actualité du jour

Des mini-maisons construites avec du chanvre

La mode des mini-maisons a pris son envol il y a de ça quelques années. Ces maisons sont devenues populaires pour deux raisons : par ce qu’elles sont économiques, mais aussi parce qu’elles sont plus écologiques. Deux entreprises irlandaises, Common Knowledge et Tigin Tiny Homes, ont décidé de collaborer pour pousser le concept encore plus loin en créant des mini-maisons dont la structure est faite avec des panneaux de chanvre en combinant une résine à base de sucre provenant de déchets végétaux et des fibres de plantes de cannabis. Ceci permet donc de réduire les émissions carbone de ces constructions mais également de contribuer à l'économie circulaire. 

International

L’Allemagne accroît ses importations de cannabis médical mais la part de marché du Canada semble diminuer

L'Allemagne a importé une quantité record de cannabis destiné à la vente médicale et à usage scientifique au cours du premier semestre de cette année, ce qui fait que les importations du plus grand marché de l'Union européenne sont en passe d'égaler, voire de dépasser, le total de 2021. Cependant, alors que le Canada reste encore le plus grand fournisseur sur le marché allemand, il semble que sa part de marché soit en train de diminuer alors que ce marché, très prisé mais encore restreint, s’intensifie. Ainsi, les concurrents tels que le Danemark, les Pays-Bas et le Portugal commencent à gagner du terrain.

 

Actualité du jour

Le fondateur d’Aurora Cannabis, Terry Booth, rejoint le comité consultatif d’Akanda

L’entreprise Akanda Corp. a annoncé que Terry Booth va rejoindre son comité consultatif. Selon un communiqué de l’entreprise : « "Terry est une figure emblématique de l'industrie réglementée du cannabis. Après avoir fondé et dirigé Aurora, il met sa vaste expertise au service d'un grand nombre d'organisations à croissance rapide dans le monde entier", a déclaré Tej Virk, PDG d'Akanda. "Le fait d'avoir Terry à bord en tant que conseiller est une validation puissante de notre stratégie et de notre potentiel à diriger le marché émergent du cannabis en Europe. J'ai hâte de bénéficier de ses conseils alors que nous continuons à développer notre mode de distribution européen de la graine au patient. »

 

Économie

L’industrie du cannabis face aux pressions inflationnistes et la menace d’une récession

Alors que l’industrie a réussi à tirer son épingle du jeu de la crise de la COVID-19, l’inflation galopante et les menaces de plus en plus grandes d’une récession en Amérique du Nord commencent à mettre la pression sur les entreprises. Ainsi, de nombreuses entreprises nord-américaines ont dû supprimer des centaines d’emplois, fermer des points de vente et certaines installations, voire même arrêter toutes leurs opérations. Selon les experts, le repli économique de l’industrie du cannabis est une conséquence de plusieurs facteurs, dont la chute des prix de gros du cannabis, baisse du pouvoir d’achat des consommateurs, mais également les changements structurels qui affectent l'industrie. La pénurie de la main-d’œuvre est un facteur qui affecte l’industrie comme c’est le cas pour un grand nombre d’industries. À ceci s’ajoute le fait qu’il y a également de nombreuses entreprises qui ont entamé des procédures de restructuration. Comme l’explique Daniel Summer, Professeur d’économie de l’agriculture et des ressources à l’Université de la Californie : « La baisse des coûts du cannabis au niveau de l'exploitation est la réalité de ce secteur. C'est dû à une meilleure gestion, mais aussi à la technologie. Cependant, en tenant compte de l'inflation, nous consacrons aujourd'hui 10 % de nos revenus à l'alimentation - et non 4 % comme il y a deux générations - et il n'y a aucune raison de penser que le cannabis ne suivra pas cette trajectoire. »

 

Recherche sur le cannabis

Au-delà des clichés : les consommateurs de cannabis ne sont pas moins motivés que ceux qui n’en consomment pas

Une étude de l’université de Cambridge met fin à un des clichés les plus répandus sur les consommateurs de cannabis : que la consommation les démotive et les rend paresseux. Selon les résultats de la recherche, ce serait le contraire : les consommateurs de cannabis ont un niveau d’anhédonie, qui est une perte d’intérêt à recevoir des récompenses, ce qui démontrerait qu’ils seraient plus capables de s’amuser que les autres. Quant à leurs niveaux d’apathie, les consommateurs et non-consommateurs avaient un score égal. Ainsi, les chercheurs ont déclaré « (être) surpris de constater qu’il y avait vraiment très peu de différence entre les consommateurs de cannabis et les non-consommateurs en ce qui concerne le manque de motivation ou le manque de plaisir, même parmi ceux qui consomment du cannabis tous les jours. Cela va à l’encontre de ce que nous voyons à la télévision et dans les films ». Fait intéressant : les adolescents ont eu tendance à avoir des niveaux d’anhédonie et d’apathie plus élevés que les adultes, ce qui démontrerait que les adolescents ne sont pas plus vulnérables que les adultes en ce qui concerne leur motivation. Afin de corroborer leurs résultats, l’équipe de chercheurs a également examiné les images d’IRMf des participants et n’a noté aucun changement notable sur l’activité cérébrale du striatum ventral, la région qui régule le système de récompense du cerveau.

 

Économie

Une opportunité manquée : l’industrie du cannabis canadienne n’a pas été promue lors de la visite de la Chancelière allemande Olaf Scholz

Alors que l’Allemagne a annoncé son intention de légaliser le cannabis et va devenir le plus gros marché européen (qui est estimé à plus de 100 millions de dollars), il semble que le gouvernement canadien a manqué une opportunité pour promouvoir l’industrie et donc favoriser les exportations vers l'Allemagne. Surtout alors que l’offre canadienne est excédentaire et que l’industrie du cannabis a contribué près de 43,5 milliards à l’économie nationale. Comme l’explique la Chambre de Commerce du Canada dans un communiqué à MJBizDaily: «En tant que première économie du G-7 à légaliser le cannabis récréatif, le Canada a un avantage premier plan et devrait promouvoir le secteur légal à l'échelle internationale. Bien que le cannabis n'ait pas été à l'ordre du jour de la courte visite du chancelier allemand Scholz au Canada au début du mois, le groupe de travail national sur le cannabis de la Chambre canadienne estime que le Canada devrait travailler activement à l'obtention de futures réunions avec des pays comme l'Allemagne pour partager les meilleures pratiques de l'industrie et faciliter les opportunités commerciales, y compris l'exportation de cannabis médical.»

International

Le Conseil international sur l'alcool, les drogues et la sécurité routière (ICADTS) a publié de nouveaux outils résumant les dernières recherches sur le cannabis au volant

Des chercheurs de 11 pays ont uni leurs forces pour créer des outils qui permettront d’informer les décideurs politiques dans les différents pays où le cannabis est légal afin de créer un cadre juridique autour du cannabis au volant. Les fiches d’information publiées sont le fruit de résultats de recherches et se veulent un moyen de permettre l’élaboration de lois basées sur des données scientifiques. Comme l’explique Thomas Arketll, un des chercheurs qui a participé au projet, « en ce qui concerne le cannabis, il y a très peu de cohérence dans la façon dont les juridictions gèrent la question de la conduite avec facultés affaiblies. Une priorité pour l'avenir est d'établir une plus grande uniformité dans les types d'outils utilisés pour évaluer l'affaiblissement des facultés et la manière dont les résultats sont enregistrés. »

 

Économie

Canopy Growth étend son offre de boissons à base de cannabis

Le marché des boissons à base de cannabis est un marché grandissant dont le taux de croissance annuel devrait atteindre 15 à 25% d’ici 5 à 7 ans. Canopy Growth compte bien profiter de cette croissance et a d’ailleurs agrandi son offre afin de se tailler une place de choix sur le marché. Cet été, elle a même entamé des campagnes promotionnelles directement dans 1400 magasins de cannabis à travers le Canada où elle offrait aux consommateurs un échantillon de certaines de leurs boisons (dont Tweed, un de leur meilleur vendeur, Deep Space, Quatreau, Ace Valley ainsi que leurs nouveaux produits Vert Solstice et Eclipe). Selon Mark Lee, le directeur des produits grand public et de marque, leur expérience sur le marché leur a permis de constater deux choses : premièrement, la grande majorité des consommateurs qui achètent les boissons à base de cannabis ne sont pas de nouveaux consommateurs, mais plutôt des consommateurs existants. Deuxièmement, les boissons sont des produits complémentaires à leurs achats et sont achetées en même temps que les autres produits de cannabis. Ainsi, « En nous concentrant sur les consommateurs actuels de cannabis, nous avons doublé nos efforts en matière de marketing en magasin, en déplaçant les dépenses vers l'extérieur du magasin. Un exemple de cela est notre investissement accru dans notre programme de réfrigérateurs, une décision motivée par des analyses qui nous ont dit que la présentation des boissons près de la caisse est essentielle pour augmenter le panier d’achat et que le fait de servir les boissons réfrigérées aide à répondre aux attentes des consommateurs. »

 

Actualité du jour

Entrevue de Beena Goldenberg, PDG d’Organigram

La PDG d’Organigram, Beena Goldenberg, a donné une entrevue auToronto Star dans laquelle elle parle du nouveau partenariat stratégique de l’entreprise avec l’entreprise de tabac British American Tobacco et dressé un portrait de l’industrie du cannabis au Canada et des difficultés auxquelles font face les producteurs. En parlant de British American Tobacco, qui détient un peu moins de 20% de parts de l’entreprise, elle explique que l’entreprise a créé un groupe de recherche ‘Beyond Nicotine’ démontrant le fait que l’entreprise veut innover et reconnaît que les cigarettes vont être amenées à disparaître ce qui les pousse à s’intéresser à d’autres produits tels que le cannabis. De plus, ce type d’entreprise permet d’amener plus de fonds et donc d’accroître les fonds disponibles pour la recherche. Me Goldenberg a également parlé du besoin pressant pour une réforme de la Loi sur le cannabis que ce soit au niveau de la taxe d’accise, qui empêche les entreprises du secteur à être rentables, mais également de la taxe sur le cannabis médical alors que les médicaments ne sont pas taxés. De nombreux points qu’Organigram et toute l’industrie ont hâte d’aborder avec le gouvernement très prochainement.