Association Québécoise de l'Industrie du Cannabis

3 mythes sur le cannabis

 

Sur cette page nous vous parlons de 3 mythes sur le cannabis et vous rappelons brièvement l’histoire de sa répression. Vous verrez que la plante de cannabis, c’est bien plus que du pot…

 

 

Mythe #1 – La plante de cannabis est cultivée pour ses fleurs

C’est faux. Chaque partie de la plante peut être utilisée et offre des perspectives intéressantes pour de nombreuses industries : de l’industrie pharmaceutique à celle des cosmétiques et même de la construction, en passant bien évidemment par l’utilisation médicale. Voici, certaines des nombreuses utilisations qui sont faites de cette biomasse : 


Fleurs et feuilles

  • Haute teneur en cannabinoïdes (dont le THC, le CBD, et CBG)
  • Utilisées à des fins médicales et récréatives
  • Utilisées pour créer des cosmétiques, des détergents et de la nourriture pour animaux

Graines

  • Leur huile est riche en acides gras essentiels (oméga-3 et oméga-6)
  • Utilisées comme suppléments alimentaires
  • Utilisées dans les cosmétiques
  • Sources de biocarburants (biodiesel et éthanol)
  • Utilisées dans les produits à forte valeur ajoutée

Tige

  • Avec les fibres nous pouvons créer des tissus, des cordes et du papier de haute qualité
  • Est une source de biocarburants
  • Utilisée pour fabriquer des matériaux de construction comme des briques
  • Utilisée pour créer des bioplastiques, une alternative écologique au plastique, fait à base de pétrole

Racines

  • Ont une haute tolérance aux métaux lourds
  • Rendent le cannabis utile dans la décontamination des sols
Association Québécoise de l'Industrie du Cannabis

Le cannabis - une plante utile. SOURCE: Dr. Codi Peterson, PharmD, MS, 2022. Infographie créée et postée sur sa page LinkedIn en juin 2022.


Ainsi, lorsque nous voyons toutes les possibilités qu’offre cette plante, il est indéniable que la consommation récréative n’est que la pointe de l’iceberg!

Pour en savoir encore plus sur les différents usages de la plante, veuillez consulter cette vidéo informative:

 

 

Mythe #2 – Les deux molécules retrouvées dans le cannabis sont le THC et le CBD

Alors qu’il est vrai que le THC et le CBD sont les molécules les plus connues, les scientifiques ont découvert plus de 150 différents cannabinoïdes dans la plante de cannabis. Ce qui fait que cette plante de la famille botanique des Cannabacées est exceptionnelle dans le monde végétal puisqu’elle possède une grande variété de molécules bioactives.

Association Québécoise de l'Industrie du Cannabis

SOURCE: The Cannigma. 2022. En ligne : page consultée juin 2022.

Ces cannabinoïdes agissent sur notre système endocannabinoïde qui est un ensemble de récepteurs cellulaires et moléculaires qui maintient l’équilibre intérieur de notre corps. Ce système est composé de deux récepteurs, le récepteur CB1 (situé dans le cerveau et le système nerveux) et le récepteur CB2 (situé dans le système immunitaire). Ainsi, nous produisons naturellement des cannabinoïdes. Et les cannabinoïdes retrouvés dans les plantes (appelées aussi phytocannabinoïdes) permettent de combler toute carence.

Les principaux cannabinoïdes sont :

THC – La plus connue des molécules, le THC est recherché pour ses effets psychoactifs. Cependant, au-delà de son utilisation récréative, la molécule est capable de se fixer sur les récepteurs CB1 et CB2 et, selon certaines études, elle aide à améliorer les troubles digestifs ainsi que certains troubles neurologiques. 

CBD – Cette molécule, qui n’a aucun effet psychoactif, a gagné en popularité ces dernières années. Elle permettrait d’accroître la réponse endocannabinoïde protectrice de notre corps permettant ainsi de réguler notre système immunitaire, digestif et neurologique.

CBG – Encore très peu connue, cette molécule rare permettrait de soulager différents symptômes, dont les problèmes de concentration, le manque d’appétit et l’inflammation.

CBN – Ce cannabinoïde rare a des propriétés sédatives uniques et serait bénéfique pour le sommeil.   

CBC – Les chercheurs pensent que cette molécule a la capacité de bloquer les récepteurs de la douleur dans le cerveau et pourrait donc être un analgésique naturel prometteur. 

En l'occurrence, voici un tableau qui vous présente les pistes d’utilisation des composantes de la plante de cannabis dans le cadre de différentes maladies comme l’arthrite, le diabète, le trouble bipolaire, les cancers ou encore la sclérose en plaques.

 

Association Québécoise de l'Industrie du Cannabis

SOURCE: Leafly tel que présenté dans le rapport « Principales questions sur le secteur du cannabis que vous devez vous poser maintenant » de Ernst & Young

 

Mais il y a plus : la plante contient également des flavonoïdes, des terpènes, des triterpénoïdes et des stérols qui pourraient être bénéfiques à la santé et au bien-être humain. 

Sur son site, Santé Canada a d’ailleurs une page dédiée aux différents usages thérapeutiques de la plante de cannabis. Et la liste est longue. Pas étonnant que, dans la culture autochtone, cette plante soit connue comme étant une plante guérisseuse. 

Les recherches se poursuivent avec plus de 27 000 études menées depuis 2010 et de nouvelles découvertes scientifiques sont constamment faites.

 

Mythe #3 – La légalisation a eu des conséquences néfastes sur la société

Au contraire. D’ailleurs, il suffit de regarder le nombre de pays qui ont légalisé la plante et ceux qui pensent le faire dans les prochains mois, pour comprendre que la légalisation du cannabis est mondialement reconnue comme étant un succès.

De plus, outre le fait que cette industrie est en plein essor et qu’elle a permis de créer un grand nombre d’emplois à travers le pays, elle a permis de générer plus de 100 millions de dollars en recettes fiscales pour financer des programmes gouvernementaux essentiels, dont la santé. 

Il est également important de souligner le rôle central qu’a l’encadrement juridique dans le contrôle de la production, distribution, vente et possession du cannabis. Ainsi, tout comme avec l’alcool, la légalisation permet d’avoir un meilleur contrôle sur la qualité des produits et donc de protéger la santé des consommateurs.

 

Association Québécoise de l'Industrie du Cannabis

SOURCE: Santé Canada

 

De plus, la légalisation permet d’investir des fonds pour éduquer la population et promouvoir des comportements de consommation responsables.

 

Brève histoire de la répression du cannabis

En réalité, la répression du cannabis et sa prohibition sont des phénomènes plutôt récents puisqu’ils ne datent que du XXe siècle. Ainsi, ce n’est qu’en 1923 que le cannabis est devenu illégal au Canada, en 1948 au Japon et sa prohibition est amorcée aux États-Unis dans les années 30. Au niveau international, l’ONU publie la Convention unique sur les stupéfiants en 1961 dans laquelle elle inclut le cannabis. 

Cependant, avant cette période, la plante de cannabis était reconnue comme ayant de nombreuses propriétés médicinales et pouvait être utilisée pour concevoir un grand nombre d’objets du quotidien. Ainsi, de nombreuses cultures, dont les cultures amérindiennes, chinoises, japonaises et israéliennes l’ont d’ailleurs utilisée pendant des millénaires comme ingrédient de médecine traditionnelle. À noter, toutefois, que les choses commencent à changer. Ainsi, en plus du nombre grandissant de pays qui légalisent le cannabis, l'ONU a approuvé, en 2020, la reclassification du cannabis et de sa résine dans les conventions internationales et reconnaît maintenant officiellement son utilité médicale.


Pour en savoir plus sur ce sujet, veuillez regarder cette vidéo:

 

 

 

« Le progrès est impossible sans changements et ceux qui ne peuvent jamais changer d'avis ne peuvent ni changer le monde ni se changer soi-même. » 

- George Bernard Shaw