CANNABIS : 18-21 ANS – Québec pousse les consommateurs les plus vulnérables vers le marché noir selon l’AQIC

Adoption du projet de loi 2 :

Loi resserrant l’encadrement du cannabis du gouvernement du Québec

Montréal, le 29 octobre 2019 – L’Association québécoise de l’industrie du cannabis (AQIC) considère que l’adoption du projet de loi 2 resserrant l’encadrement du cannabis du gouvernement du Québec, qui fait passer l’âge légal de consommation de 18 à 21 ans dans la province, pousse les consommateurs les plus vulnérables vers le marché noir.

« Nous comprenons mal la volonté du gouvernement. Rappelons que les experts en santé et sécurité publiques qui ont conseillé le fédéral sur les orientations à prendre pour mettre en place la légalisation du cannabis au pays, tout comme nombre d’organismes québécois spécialisés en la matière, ont préconisé une approche de réduction des méfaits en recommandant d’établir à 18 ans l’âge minimal de consommation », déclare Michel Timperio, président du conseil d’administration de l’AQIC.

Selon l’AQIC, qui compte à ce jour près de 25 membres établis sur tout le territoire québécois, cette décision va à l’encontre de l’objectif premier de la légalisation : la protection du public par l’offre de produits de qualité rigoureusement contrôlés et l’éradication du marché noir.

Les membres de l’Association sont d’avis que l’adoption du projet de loi 2 vient mettre un frein à cet objectif, tout comme la volonté du gouvernement du Québec d’interdire les produits comestibles au cannabis, qui sont déjà consommés par les Québécois via des sites Web illégaux non contrôlés.

« Tout comme il l’a fait avec le projet de loi 2, le gouvernement est sur le point d’adopter son projet de règlement sur le cannabis comestible qui, s’il est accepté dans sa forme actuelle, aurait pour effets de forcer les consommateurs à se diriger vers le marché noir pour obtenir des produits pourtant légalisés au Canada. Nous considérons que les Québécois doivent avoir accès à des produits légaux qui proposent des effets mesurés et contrôlés, correctement étiquetés, emballés de façon sécuritaire et distribués par des professionnels qui sont à même de bien informer les consommateurs, non par le dealer du coin », conclut le président de l’AQIC.

À propos de l’AQIC

L’Association québécoise de l’industrie du cannabis (AQIC) représente les entreprises du Québec qui sont règlementées par la Loi sur le cannabis ou qui s’y préparent. Elle offre à ses membres un forum de réflexion sur les enjeux qui touchent l’industrie québécoise de ce secteur et agit comme interlocuteur constructif auprès des instances gouvernementales et des parties prenantes. L’AQIC vise le développement responsable d’un cadre règlementaire adapté au Québec, et ce, dans l’atteinte des objectifs de santé et de sécurité publiques visés par la légalisation du cannabis, soit la réduction des méfaits associés à la consommation par l’offre de produits de qualité soumis à de rigoureux contrôles et la redirection de la vente de cannabis vers l’économie licite. Pour de plus amples informations, consultez le www.aqic.ca.